Zombie Dice

8 09 2012

Zombie Dice

C’est pas facile d’être un zombie. Les victimes courent trop vite, on se fait tirer dessus à tout bout de champ… Encore, il y a quelques années, le boulot était valorisant, on était craints par la population, l’armée se déplaçait pour nous, alors que maintenant… On est devenus des produits de consommation courante. Les gens cherchent un truc rigolo? « Oh tiens, mets un zombie, c’est porteur »… Non, vraiment, les temps ont changé, on ne nous respecte plus comme avant…

Les zombies ont de quoi être amers. A force de se faire traiter en moins-que-rien par les foules avides de sensations plus fortes qu’une menace capable de se faire doubler par Derrick, ils ont quand même beaucoup perdu de leur aura d’antan. On trouve même des jeux qui proposent à une cheerleader de se transformer en tueuse de zombies, c’est vous dire la déchéance. C’est comme un grizzli traqué par un lapereau, quoi…

Et ce n’est pas Zombie Dice qui inversera la tendance. Car ce jeu fait partie de l’ultime étape de dédramatisation de la menace zombie: à l’instar de Humans!!! (par exemple) ou de nombreux « Zombie Days » à travers le monde, ce jeu vous propose de devenir vous-même un zombie le temps d’un divertissant intermède ludique. Il vous faudra donc manger plus de cerveaux que vos adversaires pour l’emporter. Et quelle mécanique serait le plus à même d’ôter toute tension à la situation et tout sentiment de danger à la notion de zombies? Eh oui: un jeu de dés.

Cadavres

Découvrons la boîte. Si je n’avais pas su ce qu’il y avait à l’intérieur, je n’aurais jamais touché à ça. Un cylindre de carton de qualité discutable, comme un tube de rouleau de papier pour traceur qu’on aurait recyclé vite fait. A l’intérieur, 13 dés et un manuel. Le manuel est une feuille pliée en 8, qui pourra être perdue sans regrets par la suite. L’ensemble est franchement à la limite du j’en foutisme, jusqu’à ce qu’on se penche sur l’élément essentiel du jeu, à savoir les dés. Ceux-ci sont de bonne qualité, les motifs comme les couleurs sont lisibles et d’apparence plutôt résistante.

Et c’est tant mieux, car les couleurs sont importantes dans Zombie Dice. Le joueur dont c’est le tour prend 3 dés au hasard dans le gobelet… bon, là je fais une pause. Il prend 3 dés au hasard dans le gobelet. A savoir, le rouleau de papier cul repeint qui sert de rangement. Et qui est trop petit pour y passer la main. C’est pas un packaging intelligent, ça? Ben non. Prévoyez un petit sac en tissu à part, ça simplifiera les choses.

Cerveaux

Bref, quand le joueur a récupéré ses dés et vérifié qu’il a toujours tous ses doigts (ben oui, ‘faut être prudents: vous incarnez des zombies!), il les jette (les dés, pas les doigts, pff). Les cerveaux et les impacts sont mis de côté, et le joueur choisit de continuer ou non son tour. S’il arrête, il marque un nombre de points égal aux cerveaux mangés, et passe les dés au suivant. S’il continue, il reprend autant de dés que nécessaire pour que leur nombre, plus le nombre d’empreintes qu’il a obtenues au lancer précédent, fasse 3. (Prenez le temps de bien relire et comprendre cette phrase.)

Il peut ainsi effectuer autant de relances qu’il le souhaite, mais attention: s’il totalise au moins 3 impacts, il perd son tour ainsi que les cerveaux qu’il avait totalisés sur cette série de jets. L’estimation des risques est facilitée par la couleur des dés: les verts ont plus de cerveaux, les rouges ont plus d’impacts, les jaunes sont équilibrés. Ainsi, si vous avez mis de côté beaucoup de dés verts et qu’un de vos dés Empreinte est rouge, méfiez-vous… C’est cette simplification dans la gestion des risques qui rend finalement ce Zombie Dice plutôt intéressant et qui vous permettra de passer un bon moment en évitant quelques frustrations inutiles.

ZOMBIE DICE

Apparence: 10/20

Les dés valent 14, le reste vaut 6. Des dés de bonne qualité, que ce soit au niveau de la gravure comme des couleurs. Le tube en carton qui doit aussi faire office de gobelet est franchement cheap (voir fragile) et trop petit pour y glisser une main.

Simplicité: 14/20

Très simple à prendre en main, peut-être même un peu simpliste pour ceux qui attendent un peu trop de la mécanique du jeu.

Fluidité: 15/20

Les tours sont plutôt rapides, et on ne s’ennuie pas en regardant les tours des autres (ah, la tension des jets de dés…).

Immersion: 6/20

Je note tout de même l’immersion pour bien faire comprendre à ceux qui cherchent un jeu de zombies que Zombie Dice n’est PAS fait pour eux. La mécanique est ultra-généraliste, et le plaquage du thème « zombies » dessus ne sert à rien.

Fun: 14/20

On passe un bon moment avec ce Zombie Dice, surtout quand les joueurs défient les lois de la probabilité (de préférence dans le mauvais sens)… Seul souci: ça ne le différencie absolument pas d’un autre jeu de dés.

Clarté des règles: 15/20

Pour le peu qu’il y a à apprendre, heureusement que c’est clair!

Accomplissement personnel: 11/20

J’aurais pu ne pas noter cette composante, s’agissant d’un jeu de dés, mais l’aspect de l’évaluation des risques selon les couleurs des dés permet tout de même un petit contrôle de sa partie.

NOTE FINALE: 12/20

Ne vous méprenez pas: Zombie Dice n’est pas un jeu de zombies, ni un jeu doté d’une mécanique riche. Si vous gardez ces deux points en tête et si vous faites abstraction d’un packaging conçu par des chèvres, vous pourrez apprécier un bon jeu de dés, qui a la bonne idée de faciliter la gestion de la prise de risques par un code couleur bien pensé.

 

 

 

Publicités