Skulls & Roses

5 04 2011

Skulls and Roses

(image: L’atelier du rêveur)

Je vous ai déjà parlé des boîtes qui font peur. C’est moche ou en tout cas peu engageant, on croit qu’on va se brûler les doigts en y touchant, et en fait on passe à côté d’un bon jeu bêtement. C’est ce qui pourrait vous arriver si vous n’accrochez pas au visuel de Skulls & Roses.

J’avoue, Skulls & Roses m’a fait peur. Une boîte noire avec juste des crânes et des roses, certes adaptée au nom du jeu, mais qui sous-entend aussi un univers pas forcément adapté à de franches parties de plaisir autour d’un jeu et d’une boisson quelconque. En parlant de boisson, la prochaine fois, pour moi, ça sera une bière. Question d’ambiance.

Bière.

Se parant d’un univers « biker » pas du tout incohérent, Skulls & Roses est définitivement un jeu de bar. Un jeu à base de sous-bocks, qui ne sera jamais autant à sa place que dans une salle de bar optionnellement assombrie par la fumée, accompagné par un brouhaha vocal. Accessoirement, c’est aussi un jeu de bluff, une sorte de Perudo sans hasard.

16 sous-bocks ronds, 4 sous-bocks rectangulaires, et la règle du jeu, dans une boîte qui aurait pu être plus petite, même en « standard ». On ne peut pas dire que ça soit très joli, mais il faut reconnaître une cohérence à l’ensemble. On retrouve bien sur des crânes et des roses (surprise!), mais aussi 4 emblèmes de 4 gangs de motards imaginaires (avec clins d’œil intégrés). Le tout dessiné à traits épais, colorisé en à-plats, comme on pourrait voir sur un casque ou un tatouage de gros chevelu monté sur sa Harley fétiche.

Epluchage de règle. Chaque joueur choisit un gang qu’il représente, et reçoit 1 sous-bock carré réversible (un côté « Skulls », un coté « Roses ») nommé « plateau », et 4 sous-bocks à sa couleur: L’un comporte un crâne au verso, les autres sont munis de roses. Au début du tour, chaque joueur pose un sous-bock sur son plateau, face « crâne/rose » vers le bas. Puis, à tour de rôle, on a le choix entre rajouter un sous-bock sur son plateau, ou commencer un défi.

Cuir.

Commencer un défi interdit désormais de poser des sous-bocks. Chaque joueur peut surenchérir à tour de rôle sur le nombre de sous-bocks qu’il a l’intention de retourner. Quand personne ne surenchérit sur un défi, le plus gros enchérisseur n’a plus qu’à prendre ses responsabilités et retourner, un à un, le nombre de sous-bocks annoncés sur son plateau, puis ceux des autres. S’il ne retourne que des roses, il gagne son défi: son plateau est retourné côté « roses ». S’il était déjà côté « roses », le joueur a gagné la partie. Si un crâne est dévoilé lors du défi, celui-ci est perdu, et le joueur perd un sous-bock. Plus de sous-bock équivaut à une élimination.

Le système est assez compliqué à décrire, mais simple à assimiler, et pas tellement invasif sur le jeu. Comme au poker, le bluff est encouragé et avec un peu d’habitude (soit seulement 3 ou 4 parties), on joue les joueurs plus que les éléments de jeu. Jouer défensif est aisé, mais ça ne mènera jamais à la victoire. Il faut prendre un risque à des moments-clés de la partie pour remporter ses 2 précieux défis.

Bluff et opportunisme sont les 2 concepts-clés de Skulls & Roses. Dès ma première lecture (en diagonale) des règles, j’ai pensé, « ça c’est un bon petit jeu d’introduction pour une soirée », et j’ai tapé dans le mille. Simple à comprendre, sympathique pour poser une ambiance entre les joueurs, S&R est une bonne pioche pour débuter la séance de « gros » jeux à suivre. Peut-être même meilleure qu’un Wazabi. C’est dire.

SKULLS & ROSES

Apparence: 12/20

C’est honnête, adapté à l’univers choisi, lisible, et de bonne qualité. De là à dire « beau », j’hésite… Une boîte un peu grande, mais rien de dramatique.

Simplicité: 16/20

Il est important qu’un jeu de bluff soit simple, et Skulls & Roses l’est assurément. Facile à prendre en main, il permet de se focaliser sur l’essentiel: ses adversaires.

Fluidité: 15/20

Tours de jeu rapides, aisés à comprendre… Il se passe parfois du temps avant la prise de décision, mais comme il pourrait se faire au poker, donc ça passe bien tout de même.

Immersion: 12/20

Les seuls sous-bocks, en dépit de leur cohérence, ne suffiront pas à placer une vraie ambiance propre à l’immersion. Prévoyez un lieu et une bande sonore adaptés.

Fun: 16/20

Exemplaire. Plus simple et plus rapide que le poker, moins hasardeux que le Perudo, Skulls & Roses ne laisse pas l’ambiance retomber un seul instant dans la partie. D’autant que chacun joue en même temps et qu’on ne perd pas de temps à attendre les autres.

Clarté des règles: 16/20

Il y en a peu, et on les transmet facilement. Une règle de jeu bien conçue.

Accomplissement personnel: 14/20

Variable selon l’attitude. La satisfaction (ou la déception) sera proportionnelle aux risques pris pour aller chercher la victoire. Et comme il est nécessaire de prendre des risques dans ce jeu…

NOTE FINALE: 15/20

Je tiens ma nouvelle référence en p’tit jeu d’apéro. Simple, esthétiquement cohérent à défaut d’être artistiquement très soigné, Skulls & Roses est un très bon jeu de bluff, à la mécanique simple qui permet de se concentrer très vite sur l’essentiel, à savoir le jeu. Je le recommande. Sans bluffer.