La Course au Coffre-Fort

7 12 2013

Hmmm, un jeu Mattel. Vous connaissez le principe des jeux produits par ces grandes sociétés, hein. C’est le genre de jeux vendus presque exclusivement en grandes surfaces, les titres que personne n’aime mais dont tout le monde a un exemplaire chez lui. Ces jeux qui vivent dans leur propre espace-temps, réapparaissant comme par magie à chaque Noël sans avoir évolué d’un iota. Aujourd’hui, c’est à la Course au Coffre-Fort que nous allons nous frotter. Un titre comme les autres?

La Course au Coffre Fort« Bon, si tu veux je ramènerai un jeu, le concept c’est que tu as 30 minutes pour le finir! » Voilà une annonce qui me laissa dubitatif (j’aime le mot « dubitatif », pas vous?). Et quelques jours plus tard, me voici devant la Chose, avec l’air méfiant de ceux qui sont avisés. D’un coup d’œil (c’est une image), j’identifie l’éditeur: Mattel. J’ai peur. Pourtant, mon expérience sur Règlements de Comptes devrait m’avoir redonné confiance en les éditeurs de supermarchés, mais rien à faire, la méfiance reste tenace.

Chenil.

Qui plus est, la « famille qui s’amuse » au dos de la boîte ne met pas du tout en confiance tant on voit à quel point ils se forcent pour avoir l’air contents d’être là. Mais bon, ce qui nous intéresse, ce n’est pas la boîte (une boîte de supermarché, moche, clinquante, sans personnalité), mais bien son contenu. Un plateau, des pions (4 voleurs, un garde, un chien), des cartes d’équipement, des tuiles plastique d’objectifs et des petits cartons de pièges. Ah, et 2 dés « non conventionnels ». Oh, et puis tiens, j’oublie l’essentiel. L’objet le plus visible de la boîte. C’est gros, c’est recouvert de plastique, ça se pose au milieu du plateau, et ça va vous rendre fou: il s’agit du fameux Coffre-Fort, avec son minuteur intégré.

Et là, si vous êtes habitués à mes critiques, vous savez que je dois poser un jugement sec et définitif sur le visuel. Ben me voilà un peu embêté. Parce que bon, OK, qualitativement, ça n’y est pas vraiment. Le plastique est cheap, le plateau brillant est dessiné à la va-comme-je-te-pousse, les dés sont au rabais… mais à côté de ça il y a de vraies bonnes choses, comme les pions tous différents, ou le système des tuiles en plastique pour symboliser les objectifs. C’est pas moche, c’est pas beau, c’est… chiant à juger, quoi.

Bon, faute de se faire un vrai avis sur l’apparence, on va voir ce que donne le système. Le scénario a été tordu pour faire des joueurs de gentils voleurs qui devront coopérer pour trouver 4 clés et ouvrir le Coffre avant que le temps imparti soit écoulé. Dans les faits, chacun va lancer les dés pour faire avancer son personnage, faire sortir de leurs cachettes et/ou déplacer 2 éléments perturbateurs (un gardien et son chien, qui vous envoient en prison), et tenter d’atteindre les diverses salles où se trouvent les pions objectifs. 4 de ces objectifs sont les clés, qui doivent être amenées au coffre pour gagner la partie.

Serrures.                                                                                                                                                                

Chaque objectif est protégé par un piège à désamorcer, le plus souvent avec un équipement spécifique. Or, les équipements ont été répartis au hasard entre les joueurs au début de la partie. Il va donc falloir se passer les objets de manière logique afin d’optimiser son temps. Heureusement, un robot est là pour voyager (instantanément) avec les différents éléments, sans être repéré. « Et c’est tout? » Et c’est tout. « Mais c’est nul! » Ben oui… mais en fait non. Grâce au « temps imparti », qui est un temps réel.

Le timer intégré au coffre n’est pas un compte-tours, mais un vrai minuteur, qui égrènera le temps imperturbablement, sans se soucier de ce qui se passe autour de la table. Alors bon, il est calculé avec une marge assez importante pour vous laisser le temps de réfléchir un peu et de déplacer les pions, mais quand même, rien que sa présence pose un stress assez important sur la partie, et modifie grandement la perception du jeu, du moins sur le coup.

Est-ce suffisant pour faire de La Course au Coffre-Fort un bon jeu? A mon avis, non. Toutefois, l’implication et l’immersion en partie sont suffisamment fortes pour passer tout de même un bon moment autour du titre. Il s’agit d’un jeu assez curieux, une sorte de plaisir coupable qu’on adore pratiquer sur le coup, mais sans vraiment l’assumer ni vouloir à tout prix le reproduire par la suite. Pas un jeu à acheter, mais un jeu à essayer une fois, pour voir.

PS: je ne peux m’empêcher de lister rapidement les quelques points ubuesques qui peuvent vous arriver au cours de vos parties, et faire basculer le jeu dans la parodie: Des barbelés tendus en travers du bureau du directeur ; Deux voleurs non-outillés soulèvent une masse de 500kg ; Le gardien (ou le chien) reste 2-3 minutes sur place, sans rien foutre, puis court sur la moitié du centre comme un sprinteur dopé ; Un voleur tombe nez-à-nez avec le gardien, et fait (sous les yeux de ce dernier) sonner le téléphone au poste de garde afin qu’il aille répondre, même si le poste est à l’autre bout du bâtiment et qu’il est impossible que le gardien l’entende… Et bien sur les téléportations du robot entre les voleurs, et du gardien et du chien vers leurs niches respectives.

LA COURSE AU COFFRE-FORT

Apparence: 12/20

Bon, OK, c’est un « jeu de supermarché ». C’est mal fini, les illustrations sont super cheap, et le style rappelle furieusement des vieux trucs des années 90. Pour autant, la réalisation est plutôt dans le haut du panier de ce type de produit, avec notamment des pions tous différents, et de bonnes idées de matériel pour s’adapter aux règles. Insuffisant toutefois pour mériter mieux qu’une note « passable ».

Simplicité: 14/20

Le déroulement du tour est simple à saisir, le but du jeu et la manière d’y parvenir aussi… La réalisation est plus compliquée, la faute à beaucoup de hasard et à un timer un peu stressant.

Fluidité: 17/20

Ben justement, le timer joue très bien son rôle, en forçant les joueurs à ne pas réfléchir durant des heures. Couplé à un déroulement de tours plutôt rapide, ça fait un jeu qui coule tout seul d’un bout à l’autre de la partie.

Immersion: 15/20

… Et comme tout est lié, qui dit « bonne fluidité » dit généralement « bonne immersion », parce qu’on n’a pas beaucoup de temps pour penser à autre chose et sortir du jeu. Et c’est de nouveau le cas ici.

Fun: 12/20

Euh… Ok, on est bien pris par la partie d’un bout à l’autre, et en plus la dimension coopérative est plutôt intéressante. Est-ce pour autant un jeu amusant, duquel on prend plaisir à enchaîner les parties? Je n’en suis pas pleinement convaincu.

Clarté des règles: 10/20

C’est mal rangé, et il faut un gros boulot de lecture préliminaire pour pouvoir réassembler les éléments et enfin jouer tranquillement (car le principe même du jeu interdit le retour vite fait au livret en cours de partie).

Accomplissement personnel: 14/20

Oui, d’accord, le hasard est très présent dans la partie, et les choix ne sont au final pas si importants que ça. Mais l’aspect stressant du jeu minuté apporte tout de même une certaine fierté quand on vient à bout de ce coffre-fort.

NOTE FINALE: 13/20

Pas facile de juger La Course au Coffre-Fort tant ce jeu se place à la croisée des chemins. Jeu dépourvu d’ambiance mais qui mise à fond sur l’immersion (par le stress), jeu « familial » au sens péjoratif du terme mais pourtant relativement exigeant dans la coordination entre les participants, « gros jeu » qui se joue plus rapidement qu’un petit… Le titre s’affranchit de toutes les étiquettes pour proposer une expérience unique en son genre. Une expérience qui ne donne pas spécialement envie d’y retourner, mais qui marque pourtant le joueur de façon plutôt positive. Etrange.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :