The City

27 10 2012

Rêvons un peu. Essayons de corriger ce qui ne marche pas avec Citadelles. Les rôles secrets qui ne servent qu’à gêner? Disparus. Exit les pièces d’or et les achats de bâtiments, remplacés par un système plus simple. Remplaçons également l’époque pour transposer le jeu dans le monde moderne. Qu’obtient-on? Une petite perle ludique nommée the City.

The City

Passage à la Taverne jeudi soir. Les gens présents s’y mettent à 4 ou 5 pour me vanter the City comme un jeu à tester à tout prix. La boîte ne m’inspire rien de bon, je passe poliment mon tour. Plus tard, déridé par l’essai du jeu du Disque-Monde, je me joins à une partie de découverte. Comme chacun de mes adversaires, je joue le rôle d’un bâtisseur qui va devoir construire la ville la plus « efficace » possible. Elle peut être belle pour attirer les touristes, luxueuse pour faire venir les stars, studieuse pour que les étudiants s’y pressent, etc. L’essentiel est que des gens veuillent s’y installer.

Tractopelle.

Pour cela, on dispose de plein de cartes. Un petit peu de cartes Architecte sur lesquelles je reviendrai plus tard, et beaucoup de cartes Construction. Les cartes ont l’avantage de la lisibilité immédiate et de la cohérence graphique. On croirait une présentation d’un plan d’urbanisme au niveau graphique, avec un design lorgnant sur l’efficacité pure et la mise en valeur des points importants de la carte. Le défaut? Ben, on dirait vraiment une présentation de plan d’urbanisme… c’est un peu déprimant de voir un visuel d’une neutralité suisse et des dessins qui se rapprochent presque de cliparts.

On ajoute à ça une petite règle du jeu, et on sert chaud dans une boîte en métal noire, bien sobre, avec un visuel qui échoue au test de joie de vivre. Comme si le produit était destiné à devenir un support de travail et pas un jeu, quoi. Eh, les gens, sans renier vos choix concernant le thème du titre, y’avait pas moyen de vous dérider un peu pour produire un truc plus funky et plus attirant à l’œil, des fois?

Ceci étant asséné, on nous explique comment ça marche. Chaque joueur reçoit 5 cartes (enfin, 7 et il en jette 2) au début du jeu. Il en choisit une et la pose face cachée devant lui. Quand les choix sont révélés, chacun défausse de sa main un nombre de cartes égal au coût de la carte posée. Votre main est donc à la fois votre source de bâtiments et votre réserve d’argent pour les construire.

Marteau-piqueur.

Heureusement, après chaque carte posée, vous piocherez un nombre de cartes équivalent aux revenus générés par vos bâtiments, et ces derniers vous feront marquer des points, qui s’additionneront à ceux des tours précédents. On remarquera donc qu’un même bâtiment donnera ses points à chaque tour suivant sa construction, et que la montée du score sera exponentielle.

Elle le sera d’autant plus si vos bâtiments offrent une bonne synergie (une spécialisation sur les routes, les écoles, etc.) car votre progression dans la pioche et les points sera d’autant plus rapide. Les cartes Architectes ont la particularité de ne pas être dans votre main: une fois dans la partie, vous pouvez refuser de construire un bâtiment et recruter l’architecte à la place. Dans les faits, il est presque indispensable de le prendre dès le 1er tour, je me demande pourquoi il n’est pas donné d’office aux joueurs.

Mais malgré ce petit point étrange dans les règles et le visuel rébarbatif du jeu, vous serez rapidement happés dans la construction de votre cité et dans la recherche de la meilleure optique à suivre pour votre développement. The City ne montrera son vrai visage qu’aux joueurs aguerris, qui sauront passer outre son apparence pour chercher à percer son système à jour. Ceux-là seront récompensés par un hymne au city-builder dans sa plus pure expression, qui ne s’embarrasse pas de représentation de l’argent ou des pierres pour permettre d’être fier de sa Cité. Une perle, je vous dis.

THE CITY

Apparence: 12/20

C’est lisible, dans une boîte bien solide, les illustrations sont certes plus travaillées qu’un Fluxx (par exemple), mais on ne va pas pousser le bouchon jusqu’à trouver ça beau, non plus… C’est d’un sérieux à la limite du caricatural.

Simplicité: 17/20

Merveilleux. Un jeu spécial « maniaques de la combo » qui se paye le double luxe d’être entièrement compris en 1 minute…

Fluidité: 16/20

… et de voir ses tours durer à peu près autant de temps. Ça laisse rêveur.

Immersion: 9/20

Bon, le thème urbain est une façade qui ne sert pas à grand-chose, mais il a le mérite de ne pas être si souvent employé. Ça change un peu, quoi.

Fun: 12/20

On n’est pas transporté d’allégresse, il faut bien l’avouer. Toutefois, il y a quand même de quoi s’amuser dans le grand concours de « qui posera la plus grosse » (c’est pour qui la carte qui coûte 11?).

Clarté des règles: 16/20

Je n’ai pas eu le livret sous les yeux, mais vu le peu de temps passé pour tout nous expliquer, je me dis que ça doit être bien foutu.

Accomplissement personnel: 14/20

Trop de hasard dans la pioche pour être fier de sa victoire, mais un certain contentement quand on bâtit une « machine à points » bien cohérente.

NOTE FINALE: 14,5/20

Ça ne paye pas de mine, d’accord, mais c’est là le meilleur « jeu de combinaisons » que j’aie eu sous les mains. D’une simplicité et d’une fluidité à l’épreuve des balles, the City compense ses graphismes douteux et son action toute relative par un plaisir de taré dans la recherche de la meilleure alchimie entre les cartes qu’on possède, celle qui amènera le maximum de points et qui relèguera inexorablement les adversaires dans le rétroviseur. Un bon jeu à sortir en introduction de soirée, avec des habitués du ludisme sur table.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :