Oui, Seigneur des Ténèbres!

8 09 2012

Oui seigneur des ténèbresJe ne sais pas si vous avez remarqué une chose, mais le monde est tout de même relativement en paix. Je veux dire, toutes les légendes sur des seigneurs du Mal désirant asservir le monde, de par leur fréquence et leurs points communs, doivent mathématiquement avoir une part de vérité. Il est donc permis de poser pour acquis qu’un Maître des Ténèbres, terré dans un donjon maléfique, projette de déchaîner les Enfers sur la Terre à la première occasion. Heureusement, il existe une force qui nous protège de cette calamité: les larbins du Seigneur des Ténèbres.

En effet, sans ces serviteurs du mal et leur incapacité légendaire en toutes choses, nous serions perdus. Ayons donc une pensée pour ces êtres de l’Ombre, et pensons aux longues minutes de souffrance mentale qu’ils endurent à chaque fois que leur Seigneur leur demande de rendre des comptes sur leurs actions. Quoi de mieux pour cela que de revivre leur calvaire grâce au jeu Oui, Seigneur des Ténèbres! ?

Vous l’aurez compris, Oui, Seigneur des Ténèbres! met les joueurs dans les peaux d’un Maître de Donjon et de ses très humbles serviteurs. Ces derniers ont encore raté quelque chose, et le Maître est très mécontent. Il va donc devoir établir les responsabilités de chacun et punir sévèrement le coupable. Bien entendu, aucun larbin ne souhaite être puni, et c’est un festival d’excuses foireuses et de dénonciations calomnieuses qui va se dérouler dans la grande salle du donjon.

Regard …

Le jeu a été réédité il y a peu, et je vous conseille cette nouvelle mouture, mieux pensée sur certains points et avec plus de contenu. On y trouve des cartes « excuse » représentant divers objets ou personnages, des cartes « action » avec des formes de mains dessus, qui servent à interrompre une histoire d’un autre joueur où à rejeter la faute sur lui, et des cartes « regard qui tue » (ici recto-verso et numérotées, très pratiques), apanage du Seigneur des Ténèbres, qui montrent à quel point il est mécontent de chacun.

Au début de la partie, le Maître du Mal indique la mission que les larbins ont dû accomplir (et qu’ils ont donc lamentablement fait rater), et commence à interroger un larbin. A partir de cet instant, les larbins vont devoir utiliser leurs cartes « excuse » pour expliquer ce qui n’a pas marché, et leurs « actions » à doigt pointé pour renvoyer la faute (et le besoin de se justifier) sur d’autres. Les « actions » d’interruption servant à stopper une explication pour en remettre une couche et enfoncer un peu plus le malheureux interrogé.

… qui tue!

Le Maître des Ténèbres, lui, écoute, commente, et surtout met la pression sur ses larbins pour qu’ils aient bien conscience d’avoir leur vie au bout de leurs lèvres. Il dispose notamment de ses « regards qui tuent ». Si un larbin n’est pas convaincant dans ses explications, ne trouve pas d’excuses ou ne rejette pas la faute sur d’autres, il écope d’une de ces cartes. S’il atteint la troisième, la punition tombe: une carte action est révélée, et si elle comporte des crânes, le larbin est exécuté, ce qui met fin à la partie.

Le respect des moments de pioche, et des règles de manière générale, est très important dans ce jeu: il y a un aspect tactique dans le fait de ne pas brûler toutes ses excuses pour enfoncer les autres, sinon on peut se faire interroger sans pouvoir se défendre. De plus, j’ai déjà connu une partie totalement pourrie par la pose anarchique des cartes « action », qui empêchait tout bonnement les interruptions et qui privait le jeu de son intérêt. Mais si les règles sont suivies, Oui, Seigneur des Ténèbres! est un excellent moment de roleplay, qui vous promet de bons gros délires entre amis.

OUI, SEIGNEUR DES TÉNÈBRES!

Apparence: 14/20

Les illustrations ne convaincront pas tout le monde, mais elles sont assez soignées et lisibles. Le matériel est lisible et de bonne qualité, avec une mention spéciale pour les « regards qui tuent » double face de cette nouvelle édition, très pratiques.

Simplicité: 14/20

Attention à jouer les cartes « action » aux bons moments. En dehors de ça, tout repose sur votre imagination et votre bagou, donc on va dire que c’est plutôt simple.

Fluidité: 13/20

Si vous ne disposez pas d’interruptions et si on ne vous dénonce pas, il est possible que vous ne fassiez rien pendant quelques temps. Pas grave, écouter les autres est très intéressant aussi.

Immersion: 16/20

Totale. On se concentre pour se trouver une excuse, pour casser celles des autres, et pour se faire bien voir de notre Maître vénéré. Le tout en s’impliquant totalement dans son rôle de faible larbin face à la colère du Seigneur des Ténèbres.

Fun: 17/20

Un pur moment de bonheur. Un vrai festival d’excuses plus bidon les unes que les autres, tellement ridicules qu’on ne peut qu’en rire. Et qui donne vraiment envie de rentrer dans le jeu.

Clarté des règles: 15/20

Les règles sont simples, se lisent et se mémorisent facilement.

Accomplissement personnel: /20

Un jeu qui ne distingue pas de gagnant mais un perdant, et dont la mécanique repose sur la tchatche des participants. Pas du tout conçu pour être fier de sa partie.

NOTE FINALE: 15/20

Un pur jeu de roleplay et de création d’histoires, dans un univers fantastique qui ouvre la porte aux délires les plus improbables. Moins sérieux (et donc plus attrayant) qu’un Il était une fois, Oui, Seigneur des Ténèbres! est un must-have si vous avez une bande de potes qui aiment raconter des histoires improbables.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :