Through the Ages

24 03 2011

Through the Ages(image: Games by Johnny)

Through the Ages est un gros jeu de gestion, avec tout ce que ça peut comporter de complexité. Il faudra bien 3 ou 4 parties avant que je puisse dresser un portrait du jeu qui soit proche de la réalité. Manque de pot, j’ai décidé de donner sur ce blog mes avis sur les jeux après la première ouverture. Veuillez donc garder à l’esprit que le point de vue sur ce jeu est tronqué par l’incompréhension de nombreux concepts et par une fin de partie inattendue et trop brutale.

Je connaissais depuis longtemps Roll Through the Ages, à la fois jeu de dés et jeu de gestion, au matériel de grande qualité et à la mécanique fort sympathique. J’avais entendu parler (ou « lu écrire », peut-être) de son grand frère (en âge comme en taille), Through the Ages. Et en ce riant début de semaine, j’ai donc eu la chance de poser les yeux et les mains sur ce jeu.

Enfin, quand je dis « chance »…

Aspirine.

On commence par regarder l’extérieur de la boîte. On trouve ça plutôt joli, avec des belles illustrations, des couleurs, tout ça. Du coup, quand on ouvre, on n’est pas loin de crier à l’arnaque. C’est coloré comme un vieux journal moldave, joyeux comme un listing d’assurés de la Sécu, les illustrations en vectoriel doivent faire se retourner dans leurs tombes les personnages historiques représentés de façon invariablement ridicule (y compris Bill Gates et Sid Meier, qui se pendront probablement pour l’occasion).

On peut ajouter à la liste plein de petits cubes, divers marqueurs, des pense-bêtes, et un livret de règles sur lequel on se jette dans l’espoir de découvrir ce qu’on pourra bien faire de tout ce matériel. Et c’est là qu’on commence à regretter d’être venus. Pour en avoir le cœur net, j’ai moi-même lu le bouquin de règles. Et s’il doit y avoir un exemple parfait de bouquin de règles à ne jamais faire, c’est celui-là. C’est touffu, confus, resserré pour économiser les feuilles, les informations sont éparpillées sur 3 types de parties différentes… Un enfer.

Bon gré mal gré, il se dégage quelques concepts élémentaires de la lecture, qu’on associe entre eux pour créer un faisceau de règles cohérent. Qu’on peut donc tester dans la foulée. Au début, ça patauge un peu, mais finalement ça tourne plutôt pas mal. Chaque joueur dispose d’un certain nombre de points d’actions civils et militaires (suivant son régime politique). Chaque action prévue par le jeu coûte un certain nombre de points, et il faut également un certain nombre de points pour piocher les cartes disponibles. A la fin de son tour, on collecte ses ressources, on paye ses ouvriers, et au suivant.

… et dire qu’il faut aux concepteurs un livret absolument indigeste pour expliquer ce que je viens de vous dire en un paragraphe…

Lexomil.

Il existe différents types de cartes, permettant de booster ses productions, de changer de régime politique, de recruter des leaders pour nous aider, etc. Le tout a un certain coût à jouer. Il existe 3 grandes ressources dans le jeu: la nourriture, le minerai, et le savoir. L’équilibre entre les 3 ressources ne saute pas aux yeux, mais il est bien présent: les développements coûtent minerai et savoir, et si on ne réfléchit pas un minimum, on est tenté de se focaliser sur ces deux ressources. Ça serait oublier que les ouvriers doivent être nourris, et que si on manque de nourriture, on perd des tas de précieux points. En plus de ça, chaque joueur dispose d’un stock de jetons « ressource » limité. Plus de jeton en réserve, c’est un arrêt des productions.

Au fil des tours, on comprend. On commence à anticiper, on envisage un coup ou deux d’avance, on prévoit, on choisit soigneusement ses cartes, on s’apprête à les poser triomphalement… et là, le drame. L’évènement terrible. L’indescriptible horreur. La tragédie aussi implacable qu’inattendue se produit : la partie d’initiation s’arrête. C’est-à-dire que tu viens de te taper une heure pour comprendre le jeu, tu vois dans ta main les cartes pour faire ce qui ressemblera à une vraie civilisation, avec une cohérence, un chef, une direction à suivre pour le développement, et tout et tout, tu te prends à réfléchir avec 3-4 tours d’avance en fonction de ce qui pourrait arriver, et cette p#tain de f#tue sal#perie de partie d’initiation de m#rde s’arrête MAINTENANT, b#rdel!

J’ai quitté la table un peu intéressé et TRES frustré. Il faudra encore peut-être 1 ou 2 parties d’initiation pour parfaitement se mettre le système en tête et jouer de façon plus fluide et plus cohérente. Après ça, j’EXIGE une partie « standard » pour ENFIN pouvoir progresser plus dans la chronologie et poser une vraie civilisation, et pas un ersatz d’abrutis sans but. J’accepte de supporter encore les visuels « derrickiens » pour ça s’il le faut.

THROUGH THE AGES

Apparence: 6/20

On a probablement vu pire dans l’histoire du jeu de plateau depuis Louis XVI. Dans l’histoire du jeu de plateau depuis 2000, c’est un peu moins certain. C’est globalement beige, dénué de toute fioriture décorative, et purement fonctionnel. Et triste, aussi.

Simplicité: 13/20

Mal servie par les règles, la mécanique est toutefois assez simple et sympathique à mettre en œuvre, une fois comprise. Bien en comprendre tous les détails pour les exploiter au mieux vous demandera quand même un certain investissement neuronal.

Fluidité: 12/20

Des tours de jeu un peu longs, mais c’est le style de jeu qui veut ça. Et si on a eu le bon goût de réfléchir durant les tours adverses, le rythme ne faiblit pas trop au cours du jeu.

Immersion: 12/20

On a du mal à s’en faire une idée précise avec uniquement la partie d’initiation, mais il semble qu’on puisse vraiment choisir un axe de développement pour sa civilisation et ainsi se l’approprier quelque peu.

Fun: 12/20

C’est pas drôle à se pisser dessus, mais les calculs de coups optimal occupent bien l’esprit. Je n’ai pas testé les fonctions plus avancées, mais j’ai distraitement vu un chapitre « Guerre » qui pourrait correspondre à un peu d’interaction entre les joueurs (mais je ne sais pas ce qu’il en est réellement, donc bon).

Clarté des règles: 3/20

Amis masochistes, vous allez adorer. Tout est mélangé, les concepts sont mal expliqués, et le moindre point de règle occupe un texte insensé, le tout écrit en tout petit et en resserré pour rentrer quand même sur le minimum d’espace (c’est pour ça aussi qu’on bannit les illustrations au maximum et qu’on vous laisse devant des pages de texte quasi-brut). Affreux, affreux…

Accomplissement personnel: 18/20

On peut vraisemblablement être fier de sa civilisation une fois arrivé le décompte des points. Through the Ages est gourmand en réflexion et en concentration, et offre pour récompense la fierté d’avoir mené un peuple au sommet de la hiérarchie mondiale, rien que ça.

NOTE FINALE: 12/20

Through the Ages est un jeu à niche. Certainement pas « tout public », il se destine à un public de gestionnaires avertis, pas le moins du monde rebutés par un visuel qui donne envie de dessiner ou par des règles complexes à se pendre. Ceux-là trouveront un jeu de bonne qualité, pas si compliqué qu’il en a l’air et très ouvert dans ses possibilités. Les autres pourront trouver ça aussi, mais au prix de beaucoup plus d’efforts.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :